-
Le 06 December 2012 à 09:42 | mise à jour le 23 May 2013 à 20:49

Powerslide : histoire d'une success story

Powerslide : histoire d'une success story

De la petite affaire itinérante créée à l'âge de 18 ans à l'une des marques de roller les plus connues du monde. Quel chemin parcouru par Matthias Knoll et son associé avec Powerslide ! Retour sur une success story à l'allemande...

Article par 

" C'est l'équipe qui compte "

Matthias Knoll et Scott Arlidge aux 24H du Mans 2012 pour Powerslide

Bonjour Matthias, nous avons cru comprendre que le projet Powerslide était né quand vous étiez étudiant ?

Oui, c'est vrai, en fait Powerslide a débuté à travers une petite société qui s'appelait alors "Roll-Knoll" [NDLR : Knoll étant le nom de famille de Matthias]. Je l'ai lancée à lâge de 18 ans. Mon père est mort cette année-là et ma mère n'avait pas d'argent pour financer ma pratique sportive et mes déplacements. Donc, après avoir terminé mon cursus scolaire, j'ai commencé cette petite boutique end vendant du matériel de patinage de vitesse lors des courses auxquelles je participais. A cette époque, je vendais des roues Hyper, YD, Bont, Roller House, Boen, Belotti. C'était en 1988. Fin 1994, j'ai fini par vendre dans toute l'Europe.

Tu as donc lancé ton affaire en vendant des produits d'autres marques ?

Tout a commencé en 1994 pour PowerslideOui. Au début, Powerslide était juste une société de distribution, qui traitait principalement avec des marques américaines, principalement dans le roller agressif avec société reconnue comme Senate et co. Ce segment du marché était alors en plein essor. Mais nous avons toujours travaillé avec des marques de patinage de vitesse également...

A quelle époque est né Powerslide ?

Fin 1994, c'est là que nous avons lancé Powerslide. J'a mis fin à Roll-Knoll pour lancer Powerslide avec mon associé.

D'où vient le nom Powerslide ?

Nous avons choisi ce nom pour deux raisons :

  • La première : nous voulions clairement faire la relation entre le nom de la société et le roller. Le Powerslide est une manoeuvre de freinage, nous l'avons mise en avant à travers de notre premier logo.

L'autre raison est que nous voulions également exprimer cette poussée vers l'avant, être agressifs, jeunes et dynamic. En cela, le mot "Power" convenait parfaitement.

Comment t'es venue cette idée ?

Senate, l'une des premières marques distribuée par Matthias KnollAvec les magasins que j'ai eu, j'avais une bonne connaissance du marché du roller et je savais qu'il était sur le point d'exploser, Les Etats-Unis étaient déjà en plein essor. Mes contacts américains comme hyper et d'autres me disaient que ça allait encore grossir.
C'est à ce moment là que j'ai eu une offre pour travailler pour Hyper en Europe, mais j'ai décidé de lancer ma propre société de distribution. Tom Peterson, le propriétaire de la technologie Hyper nous a vraiment soutenu, il nous a donné des marques en distribution, il est un peu devenu notre grand maître, notre professeur.
Nous travaillons toujours avec un grand nombre des personnes que nous avons rencontré à cette période. John McFadden, le responsable des ventes Hyper aux USA, est maintenant directeur des ventes pour Powerslide aux Etats-UNis.
Tony de Trine (Senate, 976, etc) gère désormais AEND, le fournisseur de Matter, avec son partenaire Neal Piper qui était le chimiste derrière le succès de Hyper déjà en 1994. Ainsi, beaucoup de ces gens-là nous ont aidés et soutenus depuis le début. C'était l'âge d'or du patinage. 

Qui sont les fondateurs à l'origine du projet ?

Moi (Matthias Knoll) et mon associé Stefan Göhl, qui est le frère de mon meilleur ami d'école. Nous nous connaissons depuis longtemps.

Comment avez-vous trouvé les fonds pour lancer Powerslide ?

Pour l'ancer Roll-Knoll en 1988, j'avais un peu d'argent de côté et ma mère m'a fait un prêt de 2500 Euros (5000 Deutsch Mark à l'époque), que j'ai remboursé la même année. J'ai eu la chance que l'Allemagne de l'Est s'ouvre? J'ai fourni de nouveaux produits à tous les clubs là-bas. Tous les patineurs ont changé de rollers en ligne. Cela a contribué à faire de très bonnes ventes. Fin 1994, j'avais fait environ 300.000 Euros de chiffre d'affaires tout seul.
Pour lancer Powerslide nous avons obtenu des prêts de deux banques, je crois environ 250.000 Euros de plus. Nous avions fait un beau business plan et nous avons pu montrer que l'on pouvait vendre, grâce aux bilans de mon ancienne société.

A quelle époque et pourquoi avez vous acquis d'autres marques ? (On pense à The Conference)?

Exemples de artworks PowerslideEn 1997 et 1998, le marché s'est effondré, particulier pour le roller agressif. Ainsi, la plupart des marques que nous distribuions à l'époque ont connu un énorme creux ou ont fermé leurs portes. Donc, nous avons également été en difficulté. Un marché beaucoup plus petit, pas de marque à vendre, beaucoup de vieux stock... nous avons passé des moments vraiment durs, nous nous avons beaucoup appris depuis cette période. Nous étions en mode survie. Nous avons commencé à créer nos propres produits, de plus en plus, pour pouvoir vendre.
En 1997, nous avons lancé USD, notre marque première d'envergure mondiale. Nous avons recruté les meilleurs riders pour constituer une équipe et amené de nouveaux patins sur le marché, avec des pièces interchangeables. Cela a marqué le début de la personnalisation/customisation en patinage agressif.

Etape après étape, nous avons fabriqué des équipements de protection, des roulements, des roues, etc.

  • En 2003, nous avons lancé la branche "course" de Powerslide.
  • En 2004, nous avons racheté les patins Xsjado de Salomon.
  • En 2007, nous avons lancé les gammes de patins nordiques
  • En 2008, nous avons présenté notre première ligne de roller de randonnée avec les patins Phuzion.
  • En 2012, nous avons mis sur le marché la gamme "Vi" [NDLR : initialement nommée "Virus"].

Nous travaillons beaucoup et nous avons pour ambition d'être présents et de croître sur chaque segment du marché.

La qualité de vos produits s'est beaucoup améliorée depuis vos débuts...

Oui, cela a été et est notre principal objectif. Quand nous nous sommes lancés dans la production, nous avons pris conscience que ce n'est pas facile de contrôler la qualité des produits, en particulier en Asie. Donc, étape par étape, nous avons :

  • investi pour améliorer la qualité de nos produits.
  • ajouté quelques personnes pour faire du contrôle de qualité en Chine (ils sont trois à l'heure actuelle).
  • investi dans l'outil de production
  • embauché des 7 graphistes maison
  • nous sélectionnons attentivement nos fournisseurs
  • nous avons finalement lancé notre propre usine début 2012.

Nous avons fait pas mal d'investissements comme vous pouvez le constater. Nous avons également mis en place un process de contrôle de qualité en interne mais il y a toujours une marge de progrès, en particulier dans ces périodes difficiles où les entreprises d'Asie essaie d'économiser de l'argent sur les matériaux, etc. Donc, c'est un processus continu sur lequel nous devons nous concentrer.

De plus, nous sommes une entreprise qui essaie vraiment d'innover, l'innovation coûte de l'argent et du temps. Elle provoque parfois certains problèmes de qualité, mais nous avons constaté que sur le marché du roller l'innovation manque, nous devons pousser les produits plus avant, pour patiner plus vite, mieux, dans de meilleures conditions et montrer au marché que l'innovation peut entraîner une marque. Pour l'instant cela fonctionne bien pour Powerslide.

Vous avez donc votre propre usine ?

Un des premiers patins de vitesse de la marqueOui, avec tous les changement en Chine et l'impossibilité de contrôler à 100% la qualité, nous avons ouvert une petite unité de production qui fait travailler 25 personnes en 2012, donc c'est plutôt récent mais ça marche plutôt bien. Nous améliorons nos délais de livraison, notre qualité et nous avons un plus grand contrôle sur la chaîne de production. On va voir comment ça évolue...

Vous êtes-vous parti de rien et maintenant vous êtes l'unes des marques les plus réputées du monde... Comment expliquez-vous cela?

Eh bien, je pense que c'est lié à beaucoup de choses, avoir été un patineur de vitesse vous donne soif de victoire, vous vous efforcez d'être le meilleur dans ce que vous faites. Donc, nous essayons constamment de nous améliorer, d'innover et de travailler sur la qualité. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous apprenons de nos erreurs et nous avançons pas à pas pour améliorer notre production, la logistique, la conception des produits, etc.

Notre principal atout est notre équipe, nous avons une équipe qui aime le roller, beaucoup de patineurs actifs dans notre bureau avec beaucoup de connaissances et une passion débordante qui ne peut être égalée. A côté de cette passion, nous recevons aussi aussi beaucoup de commentaires et suggestions, de tests de nos équipes dans tous les segments qui nous aident à perfectionner nos produits.
Nos patineurs sponsorisés nous aident également beaucoup pour pousser notre société vers l'avant.
C'est l'équipe qui compte.

Combien de personnes travaillent actuellement pour Powerslide ?

Autre artworks PowerslideEn ce moment, nous avons 35 personnes au siège. Il faut également ajouter nos représentants sur le terrain, mais la plupart du temps, ce sont des indépendants.

En ce moment, nous déménageons vers de nouveaux locaux pour gagner de l'espace. Nous allons en profiter pour organiser quelques événements. En juin prochain, nous avons prévu un événement FSK et Powerblade en parallèle de la Coupe d'Europe de vitesse dans notre ville.

Quel est le chiffre d'affaire annuel de Powerslide ?

Ces dernières années, nous avons réalisé un chiffre d'affaire de 15 à 16 millions d'Euros.

Quels sont vos projets pour le futur ?

En 2012, nous avons lancé la marqué "Doop", mais aussi une nouvelle marque de protections appelée "Ennui" pour les sports extrêmes. Nous allons nous concentrer sur ces deux points en 2013 et voir comment entrer sur le marché du roller derby que ce soit au niveau des roues, mais aussi des chaussures et des platines.

Merci Matthias d'avoir répondu à nos questions !
Autre artworks Powerslide

Liens utiles

Entretien avec Felix Rijhnen, Allemagne (équipe Powerslide Matter World)

Interview : Ewen Fernandez (Powerslide Matter)

Interview de Bart Swings, leader de la formation Powerslide Matter World

Entretien avec Michael Cheek (Powerslide/Matter USA)

Rencontre avec Katharina Rumpus (Allemagne)

Texte : Alfathor
Photos : Powerslide
Mis en ligne  le 06 December 2012 - Lu 11085 fois


Envie de nous rejoindre ? Contactez-nous !

PUB