GROL RACE TROP SPACE

Le nombres d"événements de 24 Heures va en grandissant : Montréal, Calafat, la Faute, Grol Race, à vous de voir...

Modérateurs : sg1_diablo, Rollo, Gadget, emile64, clochette, wawa, 8wd, alfathor, BOBOR

Répondre
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

Je livre mon récit sur ma course dans la GROL. Désolé du retard.

9 juin 2018, première GROL pour moi. Soyons fou cette année à presque 64 ans, j'ai décidé d'enchaîner 2 courses de 24 heures d'affilé.
La GROL, ces 9 et 10 juin et Le Mans le 30 juin et 1er juillet.
C'est une découverte et de suite j'ai une excellente impression. Il règne une bonne petite ambiance familiale sur le circuit.
Après installation au camping, je récupère mon dossard, ma puce et les bracelets pour les repas.
Je revois des connaissances devenues des amis au fil des ans, Anaëlle, Roland (Rolxxan) ou Didier (Sanguinet solo), et quelques autres patineurs du PUC.
Le circuit de 2,710 km sans présenter une grosse difficulté comme la Dunlop au Mans, est assez technique avec un enchaînement de faux plats montants, de longues descentes et 2 petites montées casse-pattes ainsi que quelques rustines, passages de branches sous la chaussée ou parties "gratonneuses".
Je roule sans difficulté majeure de 15 heures à 18 h 15, malgré la chaleur, en enchaînant les tours jusqu'au départ de ma soeur et mon beau frère qui sont venus m'encourager. Ils ne furent pas les seuls car le public était chaud, de même que les bénévoles répartis tout au long du circuit et sans cesse, nous fûmes, quelles que soient les appartenances, encouragés et acclamés.
A 18h30, peu après mon arrêt, je découvre avec ravissement la Grolette, curieux mélange de rosé, eau de vie et autres ingrédients dont le concepteur garde jalousement le secret. ça se boit bien et j'en prends 3 verres (est-ce bien raisonnable ?).
A 19 heures à la soupe, et je décide de reprendre la route à 20 heures. Je me rends au camping pour me masser les pieds et d'un coup je me prends une crise de crampes dans les cuisses qui me bloquent à terre pendant presque une heure. Serait-ce l'effet Grolette ? Je suis dans l'herbe et impossible de me relever. La jeune fille de la tente à côté de la mienne (Alice je crois), me propose d'appeler les secours, offre que je décline, et me propose des cachets anti-crampes.
Je me suis fixé un objectif de 50 tours (135,5 km) ou au moins dépasser les 100 kms ce qui me fera un bon entraînement pour Le Mans.
Il est bientôt 21h30 et je vais voir sur l'écran ma position dans la course. Je suis 38ème et j'ai déjà parcouru 20 tours. J'en profite pour regarder d'autres classements, notamment celui d'Anaëlle, impressionnant, qui malgré son handicap occupe la 2ème place en solo féminin, et la lutte acharnée entre la Team GROL boy et Mérignac attaque pour les équipes, ainsi que la suprématie des équipes Team GROL Girls et GROL de Dames dans les féminines.
Je rechausse à 21h45 et reprends la route. Il ne pleut pas, il fait frais comparé à cet après midi où j'ai contracté quelques coups de soleil ( et oui, il ne pleut pas toujours en Bretagne) et c'est un régal de rouler à la fraîche sur le circuit. Je roule d'ailleurs jusqu'à 0h30 équipé de ma lampe frontale.
A un moment je vois Roland assis sur la barrière au sommet de la première "grosse" côte et nous discutons un peu.
Dodo jusqu'à 6 heures et au réveil, une averse. Je rage après la pluie mais ça ne dure pas. Je vais déjeuner et repars vers 8 h30. je roule par tranches de 5 tours ponctuées par un arrêt d'un quart d'heure. Curieusement chaque fois que je m'arrête il se met à pleuvoir. les arrêts se prolongent donc en attendant que ça sèche, pas besoin de prendre de risques. Anaëlle qui me dépasse à un moment de la matinée me propose de rouler dans son ombre, mais je ne la suit pas longtemps, trop lent ou trop nul comparé à elle.
Lors du dernier arrêt de 11 heures, le nuage de pluie semble fixé au dessus de notre tête, aussi passé 11h30, je déchausse et ne repars plus, et puis c'est bientôt l'heure de la soupe. Déjeuner durant lequel il tombe une bonne averse. Après une petite sieste je repars à 13h45 pour la dernière heure. Peu avant l'arrivée je stoppe au sommet de la première cote avec quelques solos Anaëlle se joint à moi. Elle a mal partout et dans un état de fatigue inquiétant mais elle tient toujours malgré son effort sur 24 heures de course en solitaire. Elle me fait l'immense honneur de bien vouloir partager son arrivée avec moi. Nous repartons et finissons la course ensemble sous les clameurs et les holas du public.
Je reste admiratif de sa performance puisqu'elle termine en seconde position de sa catégorie avec 121 tours (325,225 km) malgré son handicap.
Pour ma part, je termine 37ème solo homme, 137ème sur 169 au scratch avec 47 tours (124, 685 km). Le contrat est rempli :
- 1) finir la course
- 2) plus de 100 km
- 3) ne pas finir le dernier.
Ce fut un magnifique week-end, une organisation au top, des bénévoles se dépensant sans compter et qu'il faut remercier et féliciter, pour que tout se passe à merveille.
Ambiance, concert, convivialité, joie de vivre, tout y était, merci à tous.
Je reviendrai.
quand on veut, on peut
Avatar du membre
Fenlabise
Messages : 259
Enregistré le : 13 avr. 2015 19:40

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par Fenlabise »

Belle course et beau récit ,
Pas de problèmes dans les descentes avec la grolette ?
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

Non, contrairement à ce que je pensais j'ai bien négocié mes descentes malgré mon excès de grolette. Il faut dire que j'ai la caisse, 16 ans de marine ça forge un homme.
quand on veut, on peut
Avatar du membre
gui_gui
Administrateur
Messages : 4857
Enregistré le : 28 nov. 2004 13:48
Localisation : METZ (Extrême Orient)
Contact :

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par gui_gui »

Bravo Roller2B et merci pour ce beau récit ! Alors comme ça il a plu dimanche ? Bigre ! Faut dire que les infos au sujet de la course de la GROL sont si difficiles à obtenir... Eh bien cela n'a pas dû être facile; le mélange eau + grains de sable fin sur une chaussée (qui plus est grattonneuse) c'est carrément glissant.
J'en sais pour expérience : La Faute sur Mer, une route que l'on croit "propre", une fois humide devient complètement casse-gueule du fait de la présence d'une fine poussière silicatée mieux connue sous le nom de "sable".
En 2015 nous avons eu du bol : pas une goutte de pluie, peu de vent, et pas trop chaud non plus. Des conditions exceptionnelles qui m'ont bien aidé.
Un de mes plus beaux souvenirs, c'est quand, la nuit, totalement seul sur la route, lumières du village éteintes pour cause de respect de la nature, je me prends un choc frontal en plein visage avec quelque chose de chaud, doux, léger mais pas trop, et qui arrivait virevoltant très silencieusement face à moi : Une chauve-souris. Elle a dû abuser de moustiques ayant eux-même abusé de sang de patineurs ayant eux mêmes abusé de la Grolette, sans aucun doute.
https://sites.google.com/site/guiguiroller/home/kilom%C3%A8tres-2024
Carnet de bord 2024
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

gui gui, merci. J'adore ta description du choc frontal. :lol:
quand on veut, on peut
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

GROL RACE TROP SPACE 2 (en équipe)

De retour sur la GROL pour la 2ème année consécutive, j’ai motivé à y participer les amis avec qui je roule habituellement en Dordogne depuis mon retour de Corse. Une aventure pour eux dont c’est la première contribution sur une course roller, et repos (si on peut dire) pour moi, les deux 24 heures en solo enchaînés l’an dernier, sur la GROL et Le Mans m’ayant fracassé.
La tempête du vendredi ne laissait présager rien de bon pour le week-end. Cependant ce fut un temps fort agréable qui nous a accompagné ces samedi et dimanche.
Peut-être la prière dite sur les alignements monolithiques par ma team aux Dieux du roller a-t’elle joué.
Je retrouve donc mes joyeux lurons ce samedi sur le circuit. Nous sommes une équipe de cinq (Bouahlem, Oléna, Loïc, Christophe et moi) et franchement je ne suis pas optimiste pour la suite des événements, espérant en secret ne pas finir dernier mais au moins dans les dix derniers. Je n’avais d’ailleurs aucun plan de roulage, ne sachant qui voulait rouler le jour, la nuit, le jour et la nuit. Nous ne savions même pas à 15 minutes du départ qui partirait. Qu’importe nous étions venus pour le fun et l’ambiance et ne nous souciions pas du résultat. Loïc se dévoue pour partir. A partir de là nous définissons les relais et tout s’enchaîne naturellement comme si mes équipiers avaient fait ça toute leur vie. Bien sûr la technique des relais n’est pas top mais ça se passe bien.
A 18 heures je relève le classement, nous sommes 39ème dans la catégorie et 71ème au général. En parallèle je suis la progression de mes amis solos. Claude Viltard (R’glod) est parti seul et entame une lutte avec Yul qui lui roule en train. Durant la nuit Yul remontera près de Claude sans jamais lui reprendre vraiment son retard. Les solos féminines aussi se livrent une lutte acharnée notamment Solaurence un temps en tête contre Chasolo.
A 18 h 30 tout le monde découvre la Grolette qui je le pressens finira par connaître un succès mondial.
Loïc part dormir un peu vers 20 heures car il a envie de rouler un maximum de nuit. Inspirés des équipes voisines nous décidons d’instaurer un système de relais glissants, l’un partant dormir puis 2 heures plus tard un second, ensuite un 3ème relevé par le 1er qui s’est reposé et ainsi de suite. Avec une équipe de cinq, ce n’est pas facile à mettre en place mais c’est jouable et avec joie je vois que tout le monde a envie de fournir l’effort.
Oléna part se coucher vers 23 heures mais oublie de revenir à 3 heures. On ne lui en tient pas rigueur elle qui déjà ne voulait pas rouler la nuit mais ça complique un peu notre dispositif. Elle a déjà bien travaillé pour l’équipe.
Les repos entre relais nous permettent d’écouter l’excellent groupe de rock du concert, un Rolling stone Tribute qui nous régalent des chansons de ce groupe mythique.
Lorsque je pars me coucher vers une heure nous avons basculé à la 45ème place dans la catégorie mais grimpé à la 55ème place au général.
La reprise est difficile à 5 heures du matin d’autant que je me suis pris une belle crise de crampes sur les 2 jambes vers 3 heures du matin. Il est vrai que je n’ai pas bu beaucoup et c’est sans doute la cause.
Loïc a repris peu après que je sois parti dormir mais Bouahlem et Christophe ont très peu dormi ou pas du tout, assurant à trois les relais. Ils ont réussi à remonter de la 45ème place à la 42ème dans la catégorie.
Oléna revient peu après 7 heures du matin et nous reprenons notre rotation à cinq jusqu’à 8 heures où Christophe et Loïc vont dormir un peu. J’encourage Claude Viltard qui continue à rouler avec détermination dans sa concentration. J’envie sa force de caractère. J’encourage également Didier solo de Sanguinet (40) qui vise la 3ème place des solos mais va la rater de peu et je discute avec lui lorsque nous sommes dans les mêmes tours.
Finalement je n’ai pas vu passer la nuit. Les bénévoles nous encouragent à chaque passage et se dépensent sans compter pour ravitailler tout ce beau monde en fruits, petit gâteaux, eau, etc. Non, je ne le dirais jamais assez mais sans eux rien ne serait possible. Merci, merci, merci.
La matinée se passe sans soucis majeur. Toujours du beau temps, même si le vent qui nous a gêné hier après midi et dans la soirée est tombé. Les Ulteam parmi lesquels se trouvent deux bergeracois, Jean-Marc robert et Jean-Claude Méteyrie ainsi que Daniel Mihalcéa sont en compétition perpétuelle pour la 3ème place avec les DRAC de Roll Air france, place qu’ils ne parviendront pas à prendre. Et les filles de la Team Grol Girl et parmi elles Anaëlle toujours aussi formidable, filles qui gagneront dans leur catégorie.
Voici venir la fin de ces 24 heures. Un petit changement, les relais peuvent se faire jusqu’aux 24 heures et ne pas cesser 15 minutes avant ce qui permet aux équipes dans le même tour de pouvoir reprendre une place. C’est un peu ce qui nous est arrivé car l’équipe féminine qui nous précède au général, « Wheel Z on fire » termine avec le même nombre de tours mais 8 mn d’avance. Elles ont intensifié leurs relais alors que Loïc a roulé jusqu’à la fin sans être relayé.
Bon le bilan est positif puisque nous avons récupéré notre 39ème place dans la catégorie qui en comprenait 70 et nous arrivons 48ème au classement général sur 187 équipes inscrites soit dans le 1er tiers du classement, cela en couvrant 178 tours, soit 479,695 km. C’est pour une petite équipe de cinq, qui plus est débutante un exploit formidable d’autant que nous coiffons plusieurs équipes de 6,7 ou 8.
Le week-end a permis également à mes amis et moi-même de faire de magnifiques rencontres et de goûter à cette atmosphère particulière et conviviale du monde du roller.
Encore un immense merci et un grand hourra à l’organisation et aux bénévoles qui une fois de plus ont été au top du top.
Comment ne pas revenir après ça.
quand on veut, on peut
Avatar du membre
Fenlabise
Messages : 259
Enregistré le : 13 avr. 2015 19:40

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par Fenlabise »

Belle course et beau recit .
a tu fais des reserves de grolette pour le Mans ?
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

Fenlabise a écrit :Belle course et beau recit .
a tu fais des reserves de grolette pour le Mans ?
Merci. Et non pas de réserve de grolette. Par contre j'ai la bière.
quand on veut, on peut
Avatar du membre
Kéno40
Membre bienfaiteur
Messages : 3259
Enregistré le : 01 sept. 2009 13:46
Localisation : 92

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par Kéno40 »

Top cette course !
Bravo.

Et sinon, tu maintiens le Solo au Mans?
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

Kéno40 a écrit :Top cette course !
Bravo.

Et sinon, tu maintiens le Solo au Mans?
Je serais bien en solo au Mans. Maintenant que j'y ai goûté, solo un jour, solo toujours. Là c'était juste histoire de me reposer un peu, l'an dernier les 2 24 heures à la file m'avaient achevé. Bon à mon âge...
quand on veut, on peut
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

Bon ça fait un mois que la course est fini mais avec ma prépa pour Le Mans je n'ai pas eu le temps de publier.
GROL RACE TROP SPACE 3 (le retour)

ENFIN ! Enfin reprise d’activité depuis trois ans. Je me présente sur la GROL qui fut ma dernière course en 2019, mais une GROL réduite à 10 heures au lieu de 24 heures faute d’autorisations. C’est un bien pour un mal pour moi qui ne comptabilise que 46 kilomètres d’entraînement depuis septembre et depuis deux ans accumule les soucis de santé. Bon je ne suis pas venu pour la gagne ou au plus pour une performance mais surtout pour revoir amis et amies roller.
J’aurai du participer en équipe avec Péri Go Roller mais mes équipiers suite à empêchements se sont désistés. Du coup je suis inscrit en solo sous les couleurs du Périgord et non de la Corse comme à l’habitude.
A peine arrivé sur le parking, je discute avec un groupe de Nort Sur Erdre, Mookie et Machette, tous deux inscrits en solo, quand arrive un message de Loïc, ancien équipier de Péri Go Roller, passé à l’ennemi (lol) chez les Fox d’Angoulême ( je plaisante). Nous nous retrouvons pour la parade et je suis heureux de le revoir avec d’autres têtes connues, Cathy catou, Léa Ropher, Sébastien de Limoges (Sebtoutseul87), l’équipe de Gouesnou/Brest, le toucaen roller, Long et ses Ulteam, Laetiss Ya et Nicolas Jestin heureux de me voir mais un peu déçu de l’absence de mes camarades. Pour ma part je suis déçu de ne pas voir Anaëlle inscrite en solo et Jean Marc Robert qui devait courir pour les Ulteam mais comme ils se sont mariés la semaine précédente, je les comprends.
Prêt au départ, le coup de feu, faux départ, un bug avec le compteur lisant les puces. Enfin réparé c’est avec un quart d’heure de retard qu’est donné le départ. Je lance: «si nous étions parti à l’heure, sans ce faux départ, j’aurai déjà pris un tour à tout le monde», en fait non c’est le contraire. Je démarre cool et à mi-tour j’entends le «clac-clac» caractéristique de la platine en trin de se dévisser sur le patin droit, ça commence mal. Arrêt au stand, cette année je ne suis pas seul puisque j’ai ma sœur et mon beau frère qui assurent la logistique, et j’ai même réussi à entraîner ma mère, 90 ans, dans ce long voyage. Heureusement j’ai amené une deuxième paire de roller montée en 4 x 90, ce qui va me reposer les pieds pendant que mon staff s’occupe des réparations. Il fait grand soleil et du vent de face dans la première montée, la plus longue mais c’est bon de rouler en bord de mer avec ce paysage fantastique de la Presqu’île de Quiberon avec sa plage du Fozo où les vagues impressionnantes font la joie des surfers, la vue sur les îles Teviec, Guernic, Basse Ledard ou même Thinic. Il y a 3 ans nous avions les barrières pour se reposer en haut de la côte mais cette année elles ont été ôtées.
Je suis la progression des Fox d’Angoulême qui chaque fois qu’ils me dépassent ne manquent pas de m’encourager et qui roulent bien. Ils finiront 19ème de la catégorie avec 80 tours (214,115 km) et Loïc est celui qui a le plus roulé et le plus vite, moyenne 27,013 km/h. Seb de Limoges passe aussi plusieurs fois en train avec Mookie et Machette les 2 solos avec qui j’ai discuté avant le départ. Ils me proposent de les suivre mais je ne sais plus rouler en groupe et comme je ne vais pas vite…
Arrive l’heure de manger. J’en profite pour visionner les classements notamment pour ma catégorie. Vers 13 heures j’ai déjà parcouru 10 tours, plus que 19 tours à faire pour rattraper les premiers. Après manger je me permet une petite sieste avant de repartir, à mon âge il ne faut pas prendre de risques. Nouveau départ avec les Marathons PS 3 x 100 – 1 x 90, toujours le vent et la côte à mi- parcours est difficile à grimper avec ce vent de face. L’autre montée peu avant la ligne de relais me paraît moins pénible que les années précédentes.
Les Ulteam qui ne sont que 4 se débrouillent bien face à d’autres équipes plus nombreuses. J’encourage Long chaque fois qu’il me double et il me double souvent, ferait-il la course seul ? Les Ulteam feront eux aussi une belle course terminant à la sixième place dans leur catégorie, devant nombres d’équipes plus fournies en coureurs. Ils auront parcouru 262,895 km soit 98 tours, et 40ème au classement général.
Et pendant ce temps les meilleurs soli, Guillaume Solo et Chauchau Solo, tous deux du Calvados roulent de conserve se relayant l’un l’autre tandis que Daniel Solo en troisième position relaye avec Alice Solo tous deux des Côtes d’Armor. Servant de lièvre à sa comparse Alice Solo, Daniel sera bientôt distancé par Guillaume et Chauchau, mais amènera Alice à la victoire chez les soli féminines. Guillaume en fin de course prendra 3 tours d’avance sur son comparse et finira avec 84 tours (224,955 km) contre 81 tours (216,825 km) pour Chauchau. Alice 1ère et Daniel 3ème en solo, finiront tous deux avec 71 tours (189,725 km).
La chaleur et le vent me fatiguent énormément si bien que je multiplie les arrêts. Heureusement en bord de piste nous avons le soutient des bénévoles qui ayant revêtu le costume de cherleaders dansent et nous encouragent au son d’une musique endiablée, formidable booster pour retrouver de l’énergie.
Un chien errant va faire chuter Machette. Ce dernier va s’en tirer avec le poignet droit foulé et une blessure coude gauche. Il va continuer cependant courageusement la course.
Nous approchons de la fin de l’épreuve. Pour nous requinquer la grolette fait son apparition. Je la fait goûter à ma famille et même eux n’ont pas su définir tous les ingrédients composant cette mixture. Une heure avant l’arrivée je m’assoie et déchausse, la grolette ferait-elle son effet ? Je repars dans le dernier quart d’heure et passe la ligne avec Sebtoutseul87, Mookie et Machette. Je suis classé 27ème dans ma catégorie, donc pas le dernier, 94ème au général sur 103 équipes avec 25 tours soit 65,065 km. C’est peu je le conçois mais j’aurai passé une belle journée retrouvant cette ambiance de course qui me manquait.
La journée se poursuit avec la remise des prix puis l’orchestre entame son concert et nous savourons avec délectation une galette saucisse du cru.
Dans tous les cas cette journée fut réussie grâce à formidable mobilisation des bénévoles qui ont tout mis en œuvre comme chaque fois pour que cela se passe au mieux. Je leur adresse un sincère et éternel remerciement.
quand on veut, on peut
Avatar du membre
Fenlabise
Messages : 259
Enregistré le : 13 avr. 2015 19:40

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par Fenlabise »

Beau récit d’une belle journée, on attend le même pour le mans .
Avatar du membre
gui_gui
Administrateur
Messages : 4857
Enregistré le : 28 nov. 2004 13:48
Localisation : METZ (Extrême Orient)
Contact :

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par gui_gui »

Bravo roller 2B, tu as bien géré ;)

Côté orga, donc c'était :
une GROL réduite à 10 heures au lieu de 24 heures faute d’autorisations.
Vraiment dommage, entre un 10h et un 24h, il y a carrément un monde.
https://sites.google.com/site/guiguiroller/home/kilom%C3%A8tres-2024
Carnet de bord 2024
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

retour sur la GROL 2023, une belle aventure
GROL RACE TROP SPACE 4 (en équipe)

9 juin 2023,J – 1 avant les 24 heures roller de la GROL, je me présente sur le futur circuit pour aider au montage des structures. L’organisation manque cruellement de Bénévoles et suite à leur appel étant sur place, je me porte volontaire. Ce manque de bénévoles devient un problème récurrent dans l’organisation des évènements roller ou autres, mettant en péril l’avenir des ces derniers. Le côté positif, en plus d’aider, cela me fait une sorte de gainage pour la course du lendemain.
Cette année je ne participe pas en solo, mes camarades de Périgo Roller ayant voulu renouveler leur prestation de 2019. Cette fois nous serons huit contre cinq pour l’édition précédente.
Samedi 10 juin, mes équipiers sont arrivés dans la nuit accueillis par Christophe (stof) recrue nantaise de l’équipe. Je les salue. Après récupération des dossards, puces et bracelets pour les repas, nous nous préparons, d’abord pour la parade, rapidement suivie par la course. Nous retrouvons nos amis roller venus d’horizons divers, Laëtitia et le Toucaen roller, Nicolas Jestin et la team Oxygème, les Limougeot avec Sébastien en solo. J’aperçois Yul mais n’ai pas le temps d’aller le saluer. J’ai beaucoup de plaisir à voir Isabelle Bréant venue en qualité de bénévole et j’ai regretté de ne pas avoir vu Anaëlle qui s’est désistée.
J’ai privilégié un plan de roulage , le N°3 sur les 4 préparés qui si il semble effaroucher un peu au premier abord certains de nos jeunes recrues dont c’est la première compétition, me semble le plus équilibré. 16 heures à rouler, huit heures de repos, en 4 groupes de 2 (A,B,C,D) et répartis en 2 bordées (tient la Marine qui ressort). Nous roulons tous de 14h à 19h puis repos 2h pour les groupes B et D, qui reprendrons à 21h jusqu’à 3h où il seront relevés par A et C .Repos pour B et D de 3h à 9 heures et relève des groupes A et C de 9h à 11h puis à 11h tout le monde roule en relais jusqu’à la fin. Cela devrait le faire.
Le départ est donné. Je devais faire les 2 tours obligatoires du début mais Patrick dont c’est la première course et à qui ça démange de rouler part à ma place comme une flèche, si bien qu’au moment de me passer le relais il est quasi cramé. Les relais s’enchaînent jusqu’à 19h, heure à laquelle nous nous retrouvons (A et C) à 4 sur le circuit, les groupes B et D sont au repos pour 2 heures. La fréquence des relais augmente de facto mais ça va nous tenons le coup. Il fait beau mais c’est ce vent dans la ligne droite du camping et la première descente qui devient pénible. Sébastien, le limougeot en solo passe plusieurs fois la ligne peu motivé mais nous l’encourageons avec plaisir. Sur la ligne droite du camping nous avons également la joie d’avoir le soutient de la petite troupe de bénévoles majorettes entamant un pas de danse endiablé qui rebooste un peu le bonhomme après presque 7h à rouler.
21h enfin le repos pour les groupes A et C dont je fais partie. L’occasion d’aller se restaurer et après une douche salutaire, au lit.
A cette heure l’équipe est classée 32ème sur les 74 engagées ce qui est bien pour une équipe composée pour moitié de novices en matières de courses.
J’ai peu et mal dormi, à peine 1 heure, titillé par mon arthrose cheville gauche, mais surtout réveillé 3 fois en 2 heures pour des crampes sévères sur les 2 jambes. Cependant la reprise à 3h se passe bien. J’apprends par Patrick que nous sommes passé de la 32ème place à la 26ème place.
Job a pris son tour et doit me passer le relais mais j’ai oublié de mettre ma puce. Bouahlem prends mon tour le temps de récupérer ma puce. Retour sur le bord de piste. So Laurence passe à petit train, elle semble beaucoup souffrir de sa cuisse. Cela ne l’empêchera pas de prendre la victoire chez les solis femmes avec 112 tours, 303,52 km et 100 km devant la seconde solo « escargot 2 ». Bravo à elle pour sa persévérance. Les heures passent au fil des relais et toujours sous les encouragements des bénévoles répartis sur les différents postes de sécurité. La fraîcheur de la nuit nous propulse plus vite sur chaque tour .
Peu après 4 heures nous assistons à la chute d’une concurrente de la team Belge RouliRoula. Elle a perdu sa vis avant de platine gauche, platine à 90° par rapport à la chaussure. C’est spectaculaire mais sans gravité vu qu’elle ralentissait pour passer son relais. Je n’ose imaginer si cela s’était produit dans la seconde grande descente à pleine vitesse.
A 4h 30 nouveau point communiqué par Bouahlem, nous voici de la 26ème place à la 21ème. Nous serons 19ème à 5h 30. Je me dis qu’à cette allure on peut faire un podium, voir gagner la course mais c’est un doux rêve.
Le jour se lève. Yul me dépasse durant mes relais. Je n’ai pas pris le temps de le saluer. Lui aussi ne démérite pas. Il va d’ailleurs empocher le trophée solo avec 159 tours, 430,89 km à plus de 86 km devant le second Wall E.
Vers 7h30 attendant mon relais, je m’endors dans le fauteuil. Bouahlem prend mon tour et me conseille d’aller déjeuner et de me reposer un peu. De telles course ne sont plus de mon âge, il faut être fou pour continuer, ça tombe bien, je suis fou. Dire que dans un peu moins d’un mois il y a Le Mans...Il faut tenir jusqu’à la relève à 9 heures.
Au fur et à mesure que l’heure passe le circuit s’anime. Les montées sont de plus en plus pénibles comme si l’asphalte voulait nous retenir. La relève est la bienvenue. Repos jusqu’à 11 heures mais je ne me repose pas, je n’ai plus envie de dormir.
Allez plus que 3 heures, tout le monde dans l’équipe s’est remis à rouler. Nous avons hélas reperdu quelques places. Nous sommes en lutte avec les 2 équipes Felger 1 et 2 du RCF. Les 2 équipes arriveront dans le même tour avec 1 tour d’avance sur le Perigo roller.
Rémy clôture la course pour notre équipe. Nous lui faisons une hola à son arrivée et nous l’accompagnons pour un tour d’honneur, heureux d’en avoir fini et surtout pour une équipe sans ambition comme la nôtre cette jolie place de 22ème dans la catégorie et 25ème au général sur les 74 inscrits.
Tandis que la plupart d’entre nous s’en retourne au pays, je vais aider au démontage des structures au côté des bénévoles. Leur soutient tout au long de la course, la qualité de l’organisation ceci dans une bonne humeur permanente ont largement contribué au succès de cette manifestation. Qu’ils soient mille fois remerciés pour l’heureux week-end que nous avons passé et au risque de me répéter, sans eux point de course.
Merci, merci, merci.
quand on veut, on peut
loicb
Messages : 74
Enregistré le : 23 mars 2016 16:58

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par loicb »

Bonjour,
4 groupes de 2 en deux bordées, au final ça fait deux groupes de 4 non?
Assez surpris de ne pas lire un mot sur Christophe M qui d'après le tableau des temps tour par tour a dû tout donner, ses temps étant meilleurs qu'en 2019.
Avatar du membre
roller 2B
Messages : 228
Enregistré le : 07 févr. 2014 20:29
Localisation : Douzillac (24)

Re: GROL RACE TROP SPACE

Message par roller 2B »

loicb a écrit : 20 juin 2023 19:33 Bonjour,
4 groupes de 2 en deux bordées, au final ça fait deux groupes de 4 non?
Assez surpris de ne pas lire un mot sur Christophe M qui d'après le tableau des temps tour par tour a dû tout donner, ses temps étant meilleurs qu'en 2019.
Effectivement les 2 groupes de 4 sont pour la nuit en alternance un groupe après l'autre et les 4 groupes de 2, soit 8 pour le jour où tout le monde roule. Quant à Christophe qui aurait du être dans ma bordée je n'ai pas eu l'occasion d'observer ses performances car il a échangé sa place avec Bouahlem et d'autre part je n'ai pas vu ses temps tour par tour, désolé de ne pas avoir de smartphone ou I phone.
quand on veut, on peut
Répondre